Vos vies de confinés

Nous avons rencontré, à distance, quelques élèves du CSO pour parler du confinement, du déconfinement, des cours… En bref, de leur vie de collégiens et lycéens ! Nous vous proposons, à travers cette mini-série d’interviews, de découvrir ce qu’ils ont raconté à nos journalistes.

Interview de Martin, élève de 1ere au CSO, par LPM

Interview d’Elissaveta, élève de 4e au CSO, par Quentin

L’expo virtuelle Pompéi

Faire apparaître une citoyenne romaine en réalité augmentée dans votre chambre, c’est entre autre ce que vous propose cette exposition à distance, organisée par Le Grand Palais.

Pompéi, cela vous dit quelque chose ? C’est cette cité (d’abord grecque puis romaine) située non loin de Naples en Italie. Si cette ville est si connue, c’est qu’il n’en reste aujourd’hui que des ruines…  En effet, en l’an 79 après JC, elle a été entièrement recouverte par les cendres de l’éruption du Vésuve, le volcan qui la surplombe. Aujourd’hui, les ruines de Pompéi se visitent et les archéologues continuent de fouiller ses entrailles pour en découvrir tous les secrets…

Toute cette histoire devait être mise en scène par l’exposition physique qui aurait dû ouvrir ses portes le 25 mars au Grand Palais.

Confinement oblige, les organisateurs ont dû renoncer pour l’instant à cette exposition physique. Mais ils ont décidé d’offrir sur internet un certain nombre de ressources qui figuraient au programme de l’exposition, comme le montre la bande-annonce, très prometteuse :

https://www.youtube.com/watch?v=bGp0XLS-7KM

Le parcours immersif proposé plonge le visiteur au cœur de Pompéi, du temps de sa splendeur et pendant la tragédie de sa destruction, par des projections 360° en très haute définition, des créations sonores et des reconstitutions en 3D des rues et habitations.  Vous pourrez notamment :

  • regarder des vidéos pour plonger dans l’univers des nouvelles fouilles et découvertes ;
  • visiter des maisons romaines en réalité virtuelle ;
  • faire apparaître une statue romaine en réalité augmentée dans votre cuisine ou sur votre canapé. Et pour cela pas besoin de matériel introuvable… un téléphone portable suffit !
  • feuilleter un extrait du catalogue de l’exposition ;
  • admirer des dessins et photographies historiques de Pompéi provenant du fond de la collection des Beaux-Arts de Paris ;
  • écouter l’audioguide de l’exposition en choisissant la version enfant ou la version adulte
  • tester vos  connaissances avec des jeux en ligne, quizz, puzzle et livret jeux pour toute la famille.

Cette exposition virtuelle est une expérience inédite, qui propulse son visiteur au cœur de la cité romaine. Elle lui donne réellement l’impression de déambuler au milieu des ruines et de voyager dans le temps. Un moment à la fois poétique, historique et technologique, qui vous fera oublier le confinement pendant une heure environ.

Comment aider les autres en confinement ?

Vous voulez partager le bonheur autour de vous, mais vous ne savez pas comment faire ? Nous vous proposons aujourd’hui 2 idées, lancées dans le but de rompre l’isolement des personnes âgées.

Si nous sommes nombreux à être confinés en famille, à deux, trois ou plus, ce n’est pas le cas de tout le monde. Certaines personnes âgées sont dans des maisons de retraite ou des EHPAD, coupées partiellement ou totalement de ceux qu’ils aiment. Pour remédier à cela plusieurs initiatives ont été lancées.

1 lettre, 1 sourire : une initiative couronnée de succès

Image par Sabine van Erp de Pixabay

La première est une initiative pour tous les francophones du monde. Intitulée « 1 lettre, 1 sourire », cette initiative réunit 1 135 établissements en France, Belgique, Luxembourg, Suisse et Canada.

Comment y participer ? C’est très simple ! Il suffit d’écrire une lettre sur le site de l’organisation, qui la transmettra ensuite aux EHPAD. Les lettres sont directement imprimées sur place, ce qui limite au maximum tout risque de contamination. Il est conseillé de joindre une photo, que ce soit un portait, un dessin ou encore un paysage. Cela égayera la journée de votre destinataire ! S’il est en mesure de le faire, il pourra même vous répondre grâce au mail que vous avez renseigné au moment de poster votre lettre. À ce jour, plus de 150 000 lettres ont été envoyées. Si l’idée vous emballe, vous avez la possibilité d’écrire plusieurs courriers. Vous pouvez même soutenir financièrement l’association, pour la modique somme (optionnelle bien entendue) de 50 centimes par lettre.

Et si vous êtes en manque d’inspiration, pas d’inquiétude ! Les organisateurs ont rédigé quelques conseils d’écriture, afin de vous guider dans la rédaction de votre missive.

Action de fraternité : une action locale de l’aumônerie diocésaine

Image par Sabine van Erp de Pixabay

Près de chez nous, des initiatives se mettent aussi en place. Le diocèse d’Evry propose d’offrir une lettre, un dessin, une chanson ou encore une vidéo aux personnes âgées ou malades. Pour ce faire, il suffit d’envoyer son œuvre à : sdaep91.secretariat@eveche-evry.com. Les créations de chacun sont ensuite postées sur la page #confinés91 on pense à vous du site sdaep91.fr. Avec un peu de chance, votre œuvre sera même peut-être publiée sur le site internet du diocèse d’Évry.

Ces deux initiatives permettent ainsi de soutenir les personnes âgées et leurs soignants. Alors, tous à vos plumes !

MB

Occupez-vous façon Robinson

Vous n’avez rien à faire ? Pourquoi ne pas lire un livre pour vous détendre ? Vous ne lisez pas car aucun livre ne vous intéresse ? Plus d’excuse !  Nous allons vous présenter un livre qui vous intéressera, j’en suis sûr ! 

Le 29 septembre 1759, cette date ne vous dit rien ? C’est la fameuse date qui restera gravée dans la tête du personnage principal de ce livre : Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier. 

En effet, ce 29 septembre est une date mémorable pour Robinson. Le navire sur lequel il voyage, La Virginie, fait naufrage. Seul rescapé, Robinson échoue sur une île déserte où il tente de survivre dans une nature hostile en déployant des trésors d’ingéniosité. Mais son existence solitaire bascule le jour où un autre être humain fait son apparition sur l’île : (je vous laisse découvrir qui). 

La couverture de l’ouvrage, collection Flammarion jeunesse

Robinson était un homme anglais du XVIIIe siècle qui vivait avec sa femme et ses deux enfants à York en Angleterre. Il est donc parti en laissant sa femme et ses deux enfants à York pour aller découvrir l’Amérique du Sud.

Au fur et à mesure de votre lecture, vous verrez comment Robinson s’adapte à sa nouvelle vie : il est contraint de s’imposer un rythme de vie et de se créer des obligations pour ne pas sombrer dans la folie. Une aventure inoubliable !

J’espère vous avoir donné l’envie de lire ce livre magique avec beaucoup de retournements de situations.

Si c’est le cas, vous pouvez vous procurer le texte dans toutes les librairies en ligne pour environ 5 à 6 €, et lire ensuite le texte sur un ordinateur, une tablette ou une liseuse. Pourquoi payer me direz-vous ? Tout simplement parce que Michel Tournier, l’auteur de ce roman, est mort en 2016. Or, en France, on ne peut pas lire gratuitement un livre dont l’auteur est décédé il y moins de 70 ans.

MH

Dixit : évadez-vous de la dure réalité en rêvant…

Échappez-vous par la pensée dans les mondes imaginaires et surréalistes de ce jeu de cartes imagées qui ravira petits et grands ! 

En cette période de confinement, il devient de plus en plus difficile de trouver des activités afin d’occuper toute la famille sans que cela ne dégénère. Pourquoi ne pas essayer les jeux de société, comme Dixit® par exemple ?

Dixit® est un jeu faisait appel à la créativité et à l’imagination. À chaque tour, un joueur choisit un thème en lien avec une carte de sa main. Cela peut être un mot, une phrase ou même uniquement une onomatopée. Chaque participant doit ensuite choisir une des six cartes en sa possession qui répondrait pour lui le plus à la thématique proposée. Les cartes sont ensuite retournées, et les joueurs doivent voter pour la carte qu’ils pensent être celle à l’origine du sujet donné. Mais attention ! Si tout le monde trouve la bonne réponse, cela veut dire que le thème était trop évident. Tous les joueurs marquent donc des points, sauf celui ayant proposé cette carte. D’autre part, la distribution des points est la même si aucun joueur ne trouve, car cela signifie que le thème était trop large. Il faut dont faire preuve de finesse et de réflexion afin d’espérer marquer un maximum de points ! 

À partir de trois joueurs, Dixit® est une bonne manière de cultiver l’imaginaire des petits et des grands. On observe également les différences de raisonnement de chacun, les thèmes inspirés d’une même carte pouvant parfois varier du tout au tout ! Une partie durant entre quinze et trente minutes, il est possible d’en faire plusieurs à la suite. Même si le jeu est recommandé à partir de huit ans, les enfants comme les adultes peuvent y trouver du plaisir et de l’amusement.

Des images pour voyager dans une multitude de mondes imaginaires 

Cartes du jeu de base Dixit® (https://www.flickr.com/photos/farusantos/19608699574

Les images sont très belles et originales. Différents dessinateurs ont participé au projet, partageant chacun leur univers à travers leur style artistique. Cela crée une diversité des thèmes abordés, faisant la richesse du jeu. Différentes techniques sont utilisées, comme le crayon, l’aquarelle ou encore le dessin 3D. Les illustrations sont singulières et surréalistes. Elles peuvent évoquer des mondes merveilleux, être inspirées de la culture asiatique et de la mythologie européenne, ou encore rappeler l’innocence de l’enfance. À l’inverse, certaines sont assez sombres, faisant référence à la mort, la solitude ou des univers postapocalyptiques. Il y en a donc pour tous les goûts !

Le jeu de base coûte 30 € et contient 84 cartes ainsi que le plateau de jeu. Il en existe deux versions : de trois à six joueurs ou jusqu’à douze participants (Dixit Odyssey®). Toutefois, pour pousser l’aventure encore plus loin, vous pouvez vous procurer une des huit extensions déjà parues. Elles s’achètent à 20 € l’unité et contiennent chacune un jeu de 84 cartes qui vous emmène dans un univers différent à chaque fois.

Bon voyage au pays imaginaire !

Un jeu déjà adopté par toute la famille

“J’aime bien le jeu ! On doit trouver un thème et il faut avoir de l’imagination. Il y a de jolies cartes et c’est bien fait !”

Camille B., élève de CP

“C’est un bon jeu, assez simple à comprendre, où il faut un peu de logique et d’imagination. Il faut également bien jauger ses thèmes, pour qu’ils ne soient pas trop faciles ou trop difficiles. »

Nathan B., élève de quatrième

“Je trouve ce jeu sympa pour des soirées en famille ou entre amis. Cela utilise notre imagination et le principe est vraiment bien !”

Marine V., élève de 102

“C’est cool car les parties sont toujours différentes ! En fonction des personnes avec qui on joue, il faut tout le temps s’adapter. Les illustrations sont belles et c’est accessible à tout le monde. On l’a depuis longtemps et c’est une valeur sûre en soirée.”

Yaël K., élève de troisième

“Ce jeu est intéressant. Il oblige à comprendre la perception des autres du monde.”

Christophe B., père de trois enfants

MB

Le carnaval : un retour fracassant

Cela faisait 5 ans que les élèves du CSO n’avait pas eu la joie de participer au carnaval de l’établissement. Revenons ensemble sur cet événement.

Malgré une organisation pour le moins… chaotique, le carnaval du CSO s’est déroulé le 25 février, sur l’heure du déjeuner.

Ce carnaval, organisé par le BDE avec l’aide de Mme Roumieh, des délégués et des professeurs, n’avait pas eu lieu depuis 5 ans. À l’origine, seuls les lycéens devaient pouvoir participer.

L’idée était la suivante : après avoir mangé, tous les lycéens étaient invités à participer ou à assister au défilé sur le parking derrière le gymnase.

Le jour J, plusieurs groupes d’amis se sont présentés au « concours » avec différents thèmes, tous très originaux. Un jury composé de professeurs et de Mme Roumieh s’est formé pour classer les différents groupes et définir les grands gagnants. Certains étaient déguisés en princesses, d’autres en personnages de Mario ou encore en « où est Charlie » de la fameuse BD. Mais les préférés, de façon générale, ont été certains élèves de première, déguisés en beaufs.

L’arrivée imprévue des collégiens, au milieu du défilé, a été source de désordre au départ. Mais finalement, les lycéens leur ont fait une place et tout s’est bien terminé.

La plupart des élèves qui avaient connu les précédentes éditions du carnaval (en 2015 et avant) m’ont dit être très contents de voir cet événement se dérouler à nouveau. C’était un moment où élèves et professeurs ont pu se réunir pour échanger et s’amuser. Pour les élèves de 1ere et de Terminale qui traversent les épreuves du bac, cela a été une bonne façon de décompresser après les E3C et le bac blanc.

Finalement, ce carnaval s’est terminé dans la bonne humeur. Une grande majorité des élèves sont repartis en cours avec le sourire. Une ambiance qui semble être de bon augure pour l’édition du Carnaval 2021 !

LPM

Et le numéro est…

Une réception annuelle et familiale. Un moment de rire, de partage et de convivialité. Chaque année, le loto est une fête réussie ; mais tout ne se passe pas toujours comme prévu au CSO. 

Pour les élèves de 4e, la préparation de la salle a commencé le jour J à 17h dans le gymnase. Il fallait mettre en place les tables, les tapis, les stands et dresser des assiettes d’avance en prévision du coup de feu. Quelle effervescence ! Après 1h30 de travail acharné, la salle était enfin prête à recevoir les joueurs. Il ne restait plus qu’à préparer et installer les nombreux mets et boissons qui allaient être vendus, ce que nous nous sommes empressés de faire. Heureusement, la salle était encore paisible et silencieuse… Le calme avant la tempête !

À partir de 19h, les premiers joueurs sont arrivés, encore peu nombreux puisque la première partie ne devait débuter qu’à 19h45. Peu à peu, la salle s’est remplie et les serveurs avaient déjà à faire. Pour les participants qui souhaitaient dîner pendant le jeu, le menu était le suivant : planche de charcuterie ou de fromage avec pain fourni (4€), part de dessert (1,5€), boissons diverses.

Des 4e en plein travail !

Quelques bémols d’organisation sont malheureusement à noter : le jeu en lui-même a commencé avec une heure de retard, à cause d’un problème technique. Par ailleurs, les serveurs ont rapidement manqué de monnaie, ce qui a engendré des files d’attentes.

Côté jeu, les lots proposés étaient alléchants : skate bord électrique, paddle… Parfois cependant plusieurs joueurs gagnaient en même temps, mais un seul remportait véritablement la mise ; les autres ne partant qu’avec de simples lots de consolations.

Supposée terminer vers 22h, la fête s’est finalement prolongée jusqu’à 23h30. Le lendemain, de longs rangements ont eu lieu. À 10h déjà, plusieurs élèves de 4e s’affairaient à remettre en ordre et à nettoyer le gymnase pour qu’il soit de nouveau opérationnel le lundi matin.

QG et MH

Webjournal déconfiné

On y travaille depuis un moment, mais dans l’ombre. Aujourd’hui, pour détourner un mot en vogue, nous « déconfinons » enfin notre webjournal !

Il faut bien se jeter à l’eau un jour ou l’autre… Notre objectif était de publier nos premiers articles avant les vacances d’avril… Pari tenu.

En cette période où chacun doit rester chez soi, le plus loin possible des autres, nos journalistes, les plumes du CSO, reviennent sur quelques événements qui ont marqué les mois de février et mars dans notre établissement et nous rappellent combien le vivre ensemble est agréable.

L’idée du web, comme support d’expression des élèves, est né bien avant que nous soyons confinés. Fort heureusement, car au format papier, nos textes seraient restés dans les tiroirs. Certes, ils sont imparfaits, pas toujours illustrés comme on l’aurait voulu (dur dur de dénicher des images libres de droit !) mais ce sont nos tous premiers, alors on en est fiers ! 

Quant au design du site, il est encore en construction… Il nous reste pas mal de travail pour le modeler à notre goût et maîtriser toutes les ficelles de fonctionnement du « back office ». Mais ce premier jet nous a semblé acceptable, vous nous en direz des nouvelles.

Notre équipe, qui se retrouve en conférence de rédaction tous les jeudis, ne demande qu’à être étoffée… Tous vos talents sont les bienvenus : écriture, dessin, photos, informatique… Si l’envie vous dit de nous rejoindre, n’hésitez pas, ce webjournal est le vôtre !

Bonne lecture,

CG

Bernadette Moriau : témoignage d’une miraculée à des élèves émerveillés

Le vendredi 6 mars 2020, les élèves de 3e et de 1re de réflexion religieuse étaient invités à venir écouter le témoignage de sœur Bernadette Moriau à la Clarté Dieu à Orsay.

Sœur franciscaine, Bernadette Moriau a souffert pendant 42 ans d’une grave maladie, au point d’en devenir paralysée. A 69 ans, persuadée qu’elle va finir sa vie dans le fauteuil roulant qui l’accompagne depuis plusieurs années maintenant, elle a perdu tout espoir de guérison. Sur les conseils de son médecin, elle décide de se rendre à Lourdes dans le cadre du pèlerinage annuel des malades en juillet. Là-bas, elle prie, non pas pour elle, mais pour la guérison de tous les jeunes qu’elle voit à ses côtés et qui sont dans la souffrance. De retour dans son couvent de l’Oise, elle se sent épuisée mais également apaisée. Trois jours après, le 8 juillet 2008, elle entend une voix lui disant d’enlever son corset et ses prothèses et de se mettre à marcher. Elle s’exécute et, miracle ! Elle remarche normalement ! D’abord incrédule, elle va voir sa mère supérieure qui lui dit de ne surtout pas en parler. Après des centaines de tests chez plus de 300 médecins, elle est reconnue comme la soixante-dixième miraculée de Lourdes par le Vatican le 11 février 2018. Elle témoigne maintenant auprès du public et reçoit chaque semaine des dizaines de lettres de croyants. Ils lui demandent de prier pour leurs proches ou bien la remercie d’être une source d’inspiration pour eux.

Après son témoignage de trois quarts d’heure est venu le temps des questions, qui fut très enrichissant. À la demande « Quel conseil pourriez-vous donner aux jeunes ? », elle nous invite à nous mettre au service des malades. En effet, nous devons aider ceux qui sont dans le besoin, car ils nous donnent plus d’amour que ce qui est imaginable.

Cette intervention particulièrement intéressante et inspirante s’est conclue sur une séance de dédicace de son livre Ma vie est un miracle, paru en 2018 aux éditions JC Lattès (17 €, 270 pages). Elle y raconte son histoire, de sa guérison à la reconnaissance du miracle par l’Eglise.

Un témoignage qui a ravi les petits et les grands

“J’ai été très touchée par le témoignage de la soixante-dixième miraculée de Lourdes. Elle nous a raconté simplement son histoire. C’est une sœur qui se voulait discrète et a souffert plus de 40 ans d’une maladie incurable. Elle vivait sa souffrance dans la prière. Sa guérison est pour elle un appel de Dieu à témoigner de sa foi. Je vous invite à lire son livre, un booster pour la foi !”  

Catherine G., parent d’élève et animatrice de catéchisme

“Le témoignage de Bernadette Moriau était très émouvant, de par l’émotion qu’elle transmettait lorsqu’elle nous racontait ce miracle, mais aussi par son incroyable humilité. Malgré sa longue souffrance, elle continue à dire que ce n’était pas à elle qu’était destiné ce miracle. Dans son ouvrage, elle dit : “Pourquoi moi ?” Tout simplement passionnant et incroyable !” 

Clément G., élève de 102

MB

Le confinement, vous likez ?

Avouez-le, vous avez sauté de joie (même si c’était intérieurement) quand notre Président a annoncé la fermeture des établissements scolaires. Mais après trois semaines de réclusion et plusieurs autres en perspective, auriez-vous toujours la même réaction ?

Prenez 5 minutes pour remplir ce questionnaire. Tout est anonyme bien sûr. Notre équipe de journaliste compilera vos réponses et vous donnera prochainement les résultats de la première enquête de notre web magazine.