Ados confinés autour du monde : Allemagne

Avec le confinement, nos vies ont été grandement impactées. Mais qu’en est-il pour les ados dans d’autres pays ? Puisqu’en ce moment il est encore compliqué de voyager pour le découvrir, nous avons donc interrogé des jeunes autour du monde. Notre série continue avec Anna, 17 ans, qui nous vient d’Allemagne.  

“Bonjour, je m’appelle Anna et j’habite en Allemagne. J’ai 17 ans et j’aurai fini le lycée en juillet.  

Je suis en confinement depuis mars avec ma famille. Les restrictions se sont récemment détendues, mais la vie n’est toujours pas revenue à la normale. En mars, nous étions seulement autorisés à quitter la maison pour faire des courses et nous ne pouvions voir personne à part ceux vivant dans notre foyer. Même avant que ces règles soient mises en place, nos écoles étaient fermées pour minimum les cinq prochaines semaines.  

Aujourd’hui, les écoles sont encore complétement fermées pour certains élèves, mais pas pour les Terminales qui ont été autorisés à revenir en classe fin avril. Jusqu’à cette date nous devions préparer seuls nos examens. Je n’ai pas eu de cours en ligne, mais les professeurs nous ont donné des retours sur les devoirs que nous devions rendre.  

Quand nous sommes retournés en cours, tout était différent de d’habitude. Les classes étaient divisées en plusieurs groupes, nous devions porter un masque en permanence et garder une distance d’un mètre et demi avec tout le monde. Après trois semaines de cours, nous avons finalement pu passer nos examens. 

Me préparer à l’Abitur (le diplôme que l’on obtient à la fin du lycée, [équivalent du baccalauréat, NDLR]) à la maison n‘a pas été trop dur pour moi, étant donné que je pouvais m’organiser pour travailler seule. Mais je pense que certains élèves ont eu un peu de mal avec les cours à la maison. 

Les gens ont réagi très différemment en Allemagne. En mars, tout le monde a commencé à faire des réserves de papier toilette, de pâtes et de gel hydroalcoolique. À un moment, les supermarchés n’en vendaient qu’une quantité limitée par personne, mais ils ont arrêté au bout d’un certain temps. Actuellement, certaines personnes sont totalement paniquées par la Covid-19, tandis que d’autres sont plutôt détendues à ce sujet.  

Quand le confinement sera fini, j’ai hâte de visiter d’autres pays et de commencer à étudier à l’université de Munich.”    

Propos recueillis et traduits de l’allemand par MB 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *